Actualités à propos de la recherche sur la maladie de Huntington. Expliqué simplement. Écrit par des scientifiques. Pour la communauté mondiale HD.

Cherchez-vous notre logo ? Vous pouvez télécharger notre logo et obtenir des informations sur la façon de l'utiliser sur page de partage

Dernières actualités

Une nouvelle étude révèle un éventuel biomarqueur MH

Une nouvelle étude révèle un éventuel biomarqueur MH

Leora Fox à la date 30 juin 2017

Que faire si un test sanguin pouvait fournir des informations sur l’état actuel et sur l’évolution de la maladie de Huntington ? C’est la prémisse de la recherche de biomarqueurs MH ; ceux-ci pourraient un jour être utiles pour la prise de décisions concernant des traitements et pour prédire comment vont évoluer les symptômes. Une équipe de chercheurs issus de plusieurs pays ont récemment analysé le sang, les images cérébrales et les examens cliniques recueillis dans le cadre de l’étude TRACK-HD. Ils ont constaté que les taux sanguins d’une protéine appelée chaîne légère des neurofilaments correspondaient à la gravité de la maladie de Huntington, ce qui en ferait un éventuel biomarqueur.

Une mise à jour confirme que l’essai de silençage génique dans le cadre de la maladie de Huntington est sur la bonne voie

Une mise à jour confirme que l’essai de silençage génique dans le cadre de la maladie de Huntington est sur la bonne voie

Dr Jeff Carroll à la date 30 juin 2017

La compagnie Ionis Pharmaceuticals a lancé, à la fin de l’année 2015, le tout premier essai portant sur un médicament visant à diminuer la huntingtine, parfois appelé un ‘médicament de silençage génique’. Lors d’une mise à jour notable, la compagnie a annoncé deux étapes importantes : l’essai est à ce jour complet et une ‘étude de prolongation ouverte’ sera activée dans cet essai pour les volontaires. Bien que rien ne soit garanti, ceci laisse bien augurer de l’avenir de cet important programme.

Conférence thérapeutique sur la maladie de Huntington - 1er jour

Conférence thérapeutique sur la maladie de Huntington - 1er jour

Dr Jeff Carroll à la date 15 mai 2017

Bonjour tout le monde ! C’est la conférence thérapeutique à Malte portant sur la MH. Environ 350 scientifiques du monde entier travaillant tous sur la MH ont été invités à présenter les derniers développements de la recherche. Nous publions en direct via Twitter et nous regroupons nos mises à jour dans des articles quotidiens.

Conférence thérapeutique sur la maladie de Huntington - 2ème jour

Conférence thérapeutique sur la maladie de Huntington - 2ème jour

Dr Jeff Carroll à la date 15 mai 2017

Le deuxième jour de la conférence porte sur certaines des approches les plus prometteuses pour lutter contre la maladie de Huntington.

Conférence thérapeutique sur la maladie de Huntington - Jour 3

Conférence thérapeutique sur la maladie de Huntington - Jour 3

Dr Ed Wild à la date 15 mai 2017

Le dernier jour de la conférence thérapeutique 2017 sur la maladie de Huntington a porté sur des mises à jour sur la recherche pour mieux comprendre comment la MH affecte le cerveau, et sur des avancées s’agissant de l’utilisation des cellules cérébrales pour comprendre et traiter la maladie de Huntington.

Les avantages de la migration mis en évidence dans la M.H.

Les avantages de la migration mis en évidence dans la M.H.

Dr Michael Flower à la date 17 mars 2017

La huntingtine, la protéine responsable de la maladie de Huntington, est essentielle au développement du fœtus mais on ne sait pas encore exactement quel rôle elle joue dans ce processus complexe. Normalement, les neurones débutent leur vie au plus profond du cerveau en développement, migrent vers la surface et constituent ensuite un réseau de connexions avec d’autres neurones ; mais l’équipe de Sandrine Humbert a montré que les neurones n’ayant pas de huntingtine sont bloqués, n’atteignant jamais l’endroit où ils devaient se rendre. Les neurones ayant la huntingtine mutée ne sont pas meilleurs que ceux qui en manquent complètement. Cependant la réintroduction de la huntingtine normale, ou de protéines par lesquelles elle agit, permet aux neurones de migrer à nouveau normalement ; ce qui offre de nouvelles façons alléchantes pour traiter la maladie de Huntington.

La protéine huntingtine se saisit d’un marteau : la réparation de l’ADN dans le cadre de la maladie de Huntington.

La protéine huntingtine se saisit d’un marteau : la réparation de l’ADN dans le cadre de la maladie de Huntington.

Leora Fox à la date 17 mars 2017

Les dommages subis par l’ADN sont un sujet d’actualité dans le cadre de la maladie de Huntington – et une nouvelle étude apporte une explication intéressante. Des chercheurs canadiens ont découvert un rôle éventuel de la protéine huntingtine dans la réparation de l’ADN. Ils émettent une supposition selon laquelle la protéine normale est recrutée vers le noyau afin de fournir un support d’échafaudage à une équipe de construction de protéines de réparation de l’ADN. La protéine huntingtine mutante peut aiguiller le travail mais ne peut l’effectuer.

Désherber la vérité : le cannabis peut-il améliorer ‘l’état’ Huntington ?

Désherber la vérité : le cannabis peut-il améliorer ‘l’état’ Huntington ?

Dr Michael Flower à la date 17 mars 2017

Le cannabis, ou la marijuana médicale, a été présenté comme un traitement dans certaines circonstances, et la maladie de Huntington ne fait pas exception. Chaque fois qu’il fait la une de l’actualité, il suscite beaucoup d’intérêt, et récemment le cannabis a été mis à nouveau en lumière par des vidéos affirmant qu’il peut, dans le cadre de la maladie de Huntington, inverser les dommages subis par les cellules nerveuses. Il s’agit là d’assertions qui méritent d’être explorées.

Recueil de vos exceptions – En utilisant des cas particuliers pour comprendre l’apparition et la progression de la maladie de Huntington

Recueil de vos exceptions – En utilisant des cas particuliers pour comprendre l’apparition et la progression de la maladie de Huntington

Mr. Shawn Minnig à la date 27 janvier 2017

Les chercheurs savent depuis longtemps que les patients ayant un plus grand nombre de répétitions CAG dans leur gène MH ont tendance à présenter des symptômes plus tôt que ceux en ayant moins. Cependant, cette relation n’est pas parfaite. Des patients MH présentent parfois des symptômes à un moment radicalement différent de celui prévu basé sur le seul nombre de répétitions CAG ; ce qui suggère que d’autres facteurs génétiques ou environnementaux accélèrent ou ralentissent peut-être la progression de la maladie de Huntington. Une étude récente suggère que la comparaison de patients présentant les symptômes moteurs les plus ‘extrêmes’ pourrait être utile pour découvrir ce que sont exactement ces facteurs.